Avec un taux de possession de 43% les smartphones séduisent les français pour leur multifonction. Chercher un bon restau, consulter ses mails, échanger sur les réseaux sociaux, regarder une vidéo, faire des jeux… les usages sont nombreux. L’utilisation du Smartphone au quotidien se démocratise donc avec notamment le développement ces dernières années des achats en ligne.

Le m-commerce, qui représente en France un marché de 2.6 milliards d’euros, est un levier de croissance du e-commerce. En témoigne les dernières Start up qui ont eu un succès fulgurant à l’image de Uber, service de voiture de tourisme avec chauffeur, dont la réussite provient essentiellement du mobile.
Selon une étude réalisée par RetailMeNot les Français devraient dépenser 4,2 milliards d’euros sur mobile en 2014, soit 14% du budget e-commerce.

M-commerce 2

Le m-commerce séduit autant les consommateurs que les marques. Les sites leaders réalisent 19 % de leur chiffre d’affaires sur les terminaux mobiles au 1er trimestre 2014 (contre 11 % au 1er trimestre 2013). Source Fevad
Conscientes de cet engouement, les marques ont commencé à décliner leurs offres afin de mieux répondre au besoin des mobinautes.
Amazone, par exemple, a lancé aux Etats-Unis en Février dernier l’application « Flow Powered » qui permet d’obtenir des informations en réalité augmenté simplement en pointant sa caméra sur le produit. Le mobinaute peut ainsi comparer les prix du point de vente avec ceux d’Amazone et choisir d’effectuer son achat sur Internet.
Les marques de luxes n’échappent pas à la tendance notamment Louis Vuitton comme l’illustre cette vidéo :

4.6 millions de français ont déjà acheté à partir de leur mobile. La question aujourd’hui n’est donc plus de prouver le potentiel de ce marché mais de réussir à en tirer profit. C’est mobinautes ont de réelles attentes en termes de solutions de paiement et expériences utilisateurs.
En tant que canal de vente à part entière les sites doivent être optimisés pour le mobile ce qui nécessite des investissements.
Cependant les e-commerçants français sont encore loin de présenter tous les outils nécessaires au déploiement du m-commerce. Si la moitié d’entre eux ont déployé des sites mobiles, seuls 6% sont en mode “responsive”(source Ikomobi). Frileux certes mais ce constat est à relativiser puisque la France occupe la 3ème place européenne en termes de croissance sur le m-commerce avec 106% de progression pour la période 2013.

Avec l’essor de la 4G, le commerce sur mobile ou tablette (m-commerce) jubile : la perspective d’un réseau plus rapide et plus performant ne pourra que stimuler sa croissance, déjà bien plus rapide que celle de l’e-commerce.

La question est à présent de savoir à quel point les marques vont prioriser ce canal de vente ?

 

Partager